Les 24 techniques de tortures les plus horribles imaginées au cours de l'histoire !

Image illustrant l'article Les 24 techniques de tortures les plus horribles imaginées au cours de l'histoire !
 

Le sadisme dont l’Homme est capable n'est plus à prouver. Au cours de notre histoire nous avons donc développé des techniques de torture plus qu’imaginatives pour faire souffrir nos semblables ! 

Les bourreaux, professionnels du métier, s’en sont donné à cœur joie pour assouvir leurs pulsions les plus noires en toute légitimité ! Les guerres, les croisades, l’espionnage, les châtiments… on ne manquera jamais de prétextes pour se faire du mal.

Voici donc pour vous une sélection de 27 méthodes de tortures à vous retourner le cœur :                   

 

Le Berceau de Judas

Le condamné forcé à s’asseoir sur la pyramide et tiré vers le bas par des cordages et souvent nu, ne meurt pas toujours sur le coup. Il pouvait aussi et surtout mourir à cause des infections dues aux saletés qui encrassent la pyramide jamais nettoyée.

La poire du pape ou La poire d'angoisse

Cette poire fait éclater l’orifice dans lequel elle est introduite. Soit de manière anale pour punir les homosexuels et les femmes soupçonnées d'avoir eu des rapports sexuels avec le diable.
Ou encore de manière orale pour exploser le crâne des menteurs et blasphémateurs.

Cet instrument, utilisé à partir du Moyen-Âge durant l'inquisition espagnole, était munie parfois de piques, qui, par des ressorts ou une vis situés à l'intérieur, venait à s'ouvrir et à s'élargir.
 

Le Supplice du Rat

Une cage ou un seau de bois contenant un rat était positionnée face ouverte sur le ventre de la victime. Le fond de la cage était ensuite chauffé pour que le rat effrayé s’en échappe en se frayant un chemin à travers le corps du condamné. 

Le bambou tueur

La victime était attachée au dessus d'une pousse de bambou en pleine croissance, se faisait lentement empalée. Le bambou n'ayant d'autre choix que de pousser à travers son corps. 

La Crémaillère ou le Tourniquet

Pieds et mains attachés à deux rondins sur pivots, Les condamnés étaient écartelés. La machinerie était  actionnée par les bourreaux, tendant les cordages jusqu'à sa mort.

Le Taureau d'Airain ou Taureau Sicilien

Le taureau métallique était fabriqué avec une porte sur le côté, par laquelle on introduisait la victime et un feu était allumé en dessous, jusqu'à faire rougir le métal. Cet instrument de torture conçut pour donner échos aux hurlements du condamné servait à le faire rôtir à l’intérieur dans la Grèce Antique.

Les chaussures de ciment

Jetés à l'eau les pieds cimentés, les victimes n'avaient aucune chance de s’en sortir. Cette méthode revient  à la Mafia du  Au XXe siècle.

La Fourche des Hérétiques

Cette méthode était utilisée pour maintenir un condamné éveillé. Si par malheur, il laissait retomber sa tête, la Fouchette lui perçait la poitrine ou le dessous du menton. 

L'Empalement

La victime était forcée de s’asseoir sur un pique taillé, elle s’empalait alors par son propre poids. Il lui faudra 3 jours pour mourir ! C'est notamment le légendaire Vlad L'Empaleur dans la Roumanie du XVe siècle, connu pour cette pratique, qui a condamné un jour 20.000 personnes à ce supplice tout en prenant son repas L'Empaleur.

La Torture de la Chaise ou la Chaise de Judas

En plus des piques, le fond de la chaise se faisait aussi chauffé pour augmenter la douleur. Utilisé dès le Moyen-Âge et jusqu'au XVIIIe siècle, cet instrument, était souvent utilisée pour obtenir des aveux de personnes que l'on forçait à observer d'autres condamnés s'y faire asseoir.

'Hanged, Drawn and Quartered'

Pendus, équarris et écartelés, voilà le sort des accusés de haute trahison à l'encontre du royaume. À l'époque médiévale, ces victimes étaient pendues jusqu'à frôler  la mort. Ensuite elles se faisaient tranchées en plusieurs endroits, vidée en partie de ses viscères et émasculées. Finalement, les victimes devaient regarder le tout brûler et étaient ensuite écartelées en 4 parties et décapitées. 

La Vierge de Fer

La Vierge de Fer est une sorte de prison métallique dont les parois sont recouvertes de piques. Une fois à l’intérieur, la victime incapable de bouger. L'interrogateur pouvait alors lui poser des questions tout en la blessant à l'aide d’autres piques qu'il passait par des trous conçus dans la paroi à cet effet.

L'Écraseur à vis

Cet outil servait à broyer progressivement la partie du corps qui y était placé, il en existe des versions pour les doigts, les mains, les pieds, la tête, etc.

L'Arracheur de Poitrine

Spécifiquement dédiée à la gente féminine, cet instrument, se faisait généralement chauffé. Les piques étaient insérés dans la poitrine de la victime avant d'être violemment tirées, arrachant de fros bouts de chaire.

L'Âne Espagnol

Des prisonniers de l'Inquisition Espagnole se faisaient placer, nus avec des poids au aux pieds, sur ce genre de portique de bois doté de piques métalliques. 

Le Collier

Fait de fer ou de bois, ce collier, était mis au cou du condamné et attaché de manière à le forcer à rester dans une position inconfortable

L'Arracheur de Langue

Forcé à garder la bouche ouverte, la victime se fait simplement arracher la langue par cet outil infernal.

Le Supplice du Plomb

Utilisé pour déverser divers fluides en fusion comme des métaux, l'huile ou encore de l'eau bouillante… dans la bouche et les yeux des torturés. 

La Crucifixion

Comme pour  Jesus-Christ , la victime est suspendue à une croix, cloué ou attaché et laissé là pendant des jours jusqu'à sa mort. 

La suite en page 2 !
1 2
COMMENTAIRES