« Chaque jour compte », parole d’une mère de famille qui a quitté ce monde après un cancer!

Image illustrant l'article « Chaque jour compte », parole d’une mère de famille qui a quitté ce monde après un cancer!

Que feriez-vous si vous appreniez qu’il ne vous reste que 6 semaines à vivre? Heather McManamy, elle, a laissé un souvenir plus que mémorable !

Cette merveilleuse maman d’une fillette du nom de Briana et épouse de Jeff, a quitté ce monde à l’âge de 36 ans en novembre 2015. Elle a succombé à la maladie du siècle : un cancer !

Quand on lui a diagnostiqué son cancer du sein, on lui a appris qu’il ne lui restait en fait que 6 semaines à vivre. Alors, Heather, qui écrivait souvent des lettres pour les moments importants de la vie de sa petite, a décidé d’écrire une lettre à tous ses proches. Sa volonté était que son mari la poste sur Facebook après sa mort. En publiant ce poste, Jeff, a écrit qu’elle lui manquait terriblement en ajoutant : “Je suis certain qu’elle est toujours près de nous. Je la ressens à chaque instant de la journée. Brianna a définitivement hérité de sa force et de son caractère. L’esprit d’Heather vit à travers les magnifiques yeux marron de Brianna.

Voici la traduction de cette lettre poignante et marquée de l’empreinte d’un esprit hors du commun :

Bon… j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise nouvelle, c’est qu’apparemment, je suis morte. Bonne nouvelle, si vous lisez cette lettre, c’est que vous, vous ne l’êtes pas (sauf si vous avez le WiFi dans l’au-delà). Oui ça craint. Il n’y a pas de mots pour dire à quel point ça craint, mais je suis hyper heureuse d’avoir vécu une vie pleine d’amour, de joie et d’amis incroyables. J’ai assez de chance pour dire qu’honnêtement, je n’ai aucun regret et j’ai dépensé toute mon énergie à vivre à fond chaque minute de ma vie. Je vous aime tous et merci pour cette vie géniale. 

Quelle que soit votre religion, je suis contente qu’elle vous apporte du réconfort. Par contre, respectez le fait que nous ne sommes pas croyants. S’il vous plaît, s’il vous plaît, ne dites pas à Brianna que je suis au Paradis. Pour elle, ça veut dire que j’ai choisi d’être ailleurs et que je l’ai abandonnée. En réalité, j’ai fait tout ce que j’ai pu pour pouvoir être ici avec elle, puisqu’il n’y a nulle part, NULLE PART où je préférerais être maintenant plutôt qu’avec elle et Jeff. S’il vous plaît, ne l’embrouillez pas et laissez-la penser une seconde que ce n’est pas vrai. Car je ne suis pas au Paradis. Je suis ici. Mais plus dans ce corps pourri qui s’est retourné contre moi. Mon énergie, mon amour, mon rire, ces incroyables souvenirs, ils sont tous là avec vous. S’il vous plaît, ne pensez pas à moi avec pitié ou tristesse. Souriez plutôt en pensant à notre dernier fou rire et en vous souvenant que ces moments étaient INCROYABLES. Je déteste vraiment faire de la peine aux gens. Ce que j’aime par dessus tout, c’est vous faire rire et vous faire sourire, alors s’il vous plaît, plutôt que de rester sur la fin tragique de mon histoire, rigolez en repensant à tous nos souvenirs et nos délires.

 

S’il vous plaît, racontez à Brianna des histoires pour qu’elle n’oublie pas combien je l’aime et que je serai toujours fière d’elle (et rendez-moi encore plus cooool que je ne le suis.) Car je n’aime rien de plus qu’être sa maman. Rien. Chaque moment passé avec elle était une source de joie que je ne pouvais même pas imaginer jusqu’à ce qu’elle débarque dans notre monde. 

Et ne dites pas que j’ai perdu contre le cancer. Parce que le cancer m’a peut-être pris tout ce que j’avais, mais il n’a jamais pris mon amour, mon espoir ou ma joie. Ce n’était pas une “bataille”, c’était juste la vie, qui est souvent brutale et injuste, et c’est tout simplement comme cela que ça se passe parfois. Je n’ai pas perdu, merde. Je considère que la façon dont j’ai vécu avec le cancer est plutôt une grande victoire. S’il vous plaît, souvenez-vous de cela.

Plus important encore, j’ai eu énormément de chance de passer plus d’une décennie avec l’amour de ma vie et mon meilleur ami Jeff. Le vrai amour et les âmes soeurs existent. Avec Jeff à mes côtés, toutes mes journées étaient remplies d’amour et d’éclats de rire. Il est sincèrement le meilleur mari de l’univers. Depuis le début de mon putain de cancer, son amour n’a jamais faibli, alors que beaucoup de personnes auraient voulu s’enfuir. Même pendant les pires jours que vous pouvez imaginer, nous avons trouvé le moyen de rire ensemble. Je l’aime plus que la vie elle-même et je crois réellement qu’un amour comme celui-ci durera pour toujours.

Le temps est la chose la plus précieuse dans ce monde et je suis incroyablement reconnaissante d’avoir partagé ma vie si longtemps avec Jeff. Je t’aime Jeff. Je crois que la coolitude incarnée qu’est Brianna représente tout simplement la personnification de notre amour, ce qui est plutôt beau. J’ai le coeur brisé de devoir te dire au revoir. Si tu es, ne serait-ce qu’à moitié aussi triste que moi, une fois encore, ça me brise le coeur parce que te rendre triste est bien la dernière des choses que je voulais faire. J’espère qu’avec le temps, tu pourras penser à moi avec le sourire et rire parce que, bordel, on a eu une vie incroyable ensemble. Va sur Google et tape “Physicist’s Eurology”, tu verras que je serai toujours avec toi, c’est scientifiquement prouvé. Si parfois tu t’arrêtes et que tu regardes bien, tu me verras à tes côtés (de la manière la moins flippante possible). Tu es tout pour moi et j’ai adoré chaque seconde qu’on a passée ensemble.

Mes amis, je vous aime tous et merci pour cette vie qui a probablement été la plus merveilleuse et la plus impressionnante possible. Et merci à tous mes fabuleux médecins et infirmières qui ont incroyablement pris soin de moi. Je ne doute pas que mon équipe médicale ait tout fait pour que chaque jour soit positif. Du fond du coeur, je souhaite à tous mes amis une longue vie et une bonne santé et j’espère que vous saurez apprécier ce cadeau qu’est la vie autant que je l’ai fait. Si vous venez à mon enterrement, courrez jusqu’à un bar, ça me rendrait fière. Mince quoi, éclatez-vous sur “Keg on my Coffin” et dansez sur le bar pour moi (car il vaut mieux faire une soirée dansante au bout du compte). Célébrez la beauté de la vie en faisant une soirée mémorable parce que vous savez que c’est ce que je veux et je crois que, d’une manière un peu bizarre, je trouverai un moyen d’être là aussi (vous savez à quel point je déteste ne pas être de la partie). J’ai hâte de venir hanter chacun d’entre vous, donc, ce n’est pas vraiment un adieu mais plus tôt un “à plus tard”. S’il vous plaît, rendez-moi un service et prenez quelques minutes par jour pour reconnaître que cette folle de vie est une aventure fragile. Et n’oubliez jamais : chaque jour compte.”

Ce poste a fait coulé bien des larmes et a ravivé l’espoir de plusieurs milliers de personnes sur le web.

N’hésitez surtout pas à répandre cette merveilleuse leçon de vie ! 

COMMENTAIRES